Édito

Après une édition 2012 qui a voulu apporter ses éléments de réflexion sur un sujet d’actualité complexe « Frontières », nous abordons cette année d’autres horizons, tout aussi emprunts de dimension sociétale, avec cette part personnelle qui nous concerne tous : le « Temps ».

A Bouillants, le numérique poursuit son intrusion dans le monde du réel. Différemment. Dans le quotidien de chacun, les pratiques numériques changent. Rapidement. La démultiplication des nouveaux supports et leur démocratisation transforment le rapport humain à l’informatique et à l’Internet. Cette dynamique puissante, envahissante, semble enfin avoir trouvé écho dans une volonté politique forte de se donner les moyens d’un environnement numérique français structuré. Gageons que cet élan soit alimenté par une perspective qui ne sera pas uniquement économique… ou de comment assumer ses responsabilités sur le modèle de l’alphabétisation pour tous de Jules Ferry. Pour donner au plus grand nombre les moyens intellectuels d’utiliser le numérique autrement que d’avoir accès à un simple équipement. Le fameux contenu.

Nous espérons à nouveau que la cinquième édition de Bouillants participe à cette idée généreuse, en révélant cette part de sensible qui anime toute forme d’expression libre. La pensée libre comme moyen de décryptage des complexités du monde réel.

La trame de cette année est un peu différente des éditions précédentes. Si nous donnons toujours autant à voir, manipuler, explorer avec une programmation d’envergure internationale d’œuvres numériques, nous structurons la manifestation en adéquation avec notre thématique du temps… en vous donnant le temps de vous approprier l’espace Bouillants.

De trois semaines habituelles d’exposition, nous passons à deux mois de présence sur la Métropole et le Département, avec des extensions sur Brest et Saint-Brieuc notamment grâce à notre collaboration avec Gares & Connexions ainsi que le festival Art Rock.
Nous structurons une meilleure occupation du territoire, avec également une poursuite du travail collaboratif avec le Département et ses médiathèques. Nous favorisons des rencontres avec les artistes, nous donnons la parole aux étudiants-chercheurs de l’Université Rennes 2 – toujours avec un travail de médiation.

« Les espaces multimédias devraient pouvoir se repositionner en arrêtant de répondre aux demandes pour ouvrir et proposer de nouveaux champs d’intervention. Mais cela nécessite de sortir des espaces. D’aller chercher les gens qui n’y viennent pas. Ouvrir à la fonction de lieu de débat, car le numérique pose beaucoup de questions de société et on manque d’espaces pour en discuter. La médiation, ce n’est pas seulement la formation et l’initiation : la possibilité d’exercer un regard critique est essentielle. » Philippe Cazeneuve

Nous pensons que Bouillants est un élément de réponse.

Bienvenue à tous.
L’équipe de Bouillants.